Comment réaliser une plus-value sur l’achat d’une résidence secondaire en 2021 ?

Par Sylvain ZaffiniPictograme d'une horlogePublié le

Maison miniature clé en main - Plus-value immobilièreVous êtes le propriétaire d’une résidence secondaire qui ne vous sert plus tellement, ou qui vous coûte trop cher à entretenir ? Une solution peut être de la revendre : vous pourrez alors réaliser une plus-value immobilière, à condition que ce prix de revente soit supérieur à votre prix d’achat initial. Comment réaliser cette plus-value, et qu’en est-il des impôts dans tout cela ?

Qu’est-ce que la plus-value immobilière ?

Avant de vous prodiguer des conseils pour profiter au mieux de cette revente de résidence secondaire, nous vous proposons de revoir la définition de la plus-value immobilière. Celle-ci présente des avantages – mais parfois aussi des inconvénients – fiscaux qu’il convient également d’aborder.

La plus-value immobilière : définition et comment l’obtenir

Une plus-value immobilière est facile à conceptualiser : il s’agit de la différence entre le prix de revente d’un bien immobilier et de son coût initial. L’idée est donc de créer un profit en revendant votre résidence secondaire.

Le calcul en tant que tel est donc facile, si vous avez ces deux montants en tête ou à disposition. Cependant, si le projet de vente de votre résidence secondaire est plus vague, Papernest conseille d’utiliser un outil en ligne pour estimer la plus-value immobilière.

Cet outil d’estimation vous indiquera votre plus-value estimée en fonction des critères suivants, qu’il vous faudra renseigner :

  • La nature du bien que vous vendez
  • Son caractère principal ou secondaire (il est possible, bien entendu, de revendre une résidence principale)
  • Si vous aviez fait construire le bien vous-même
  • Sa date d’acquisition initiale
  • Comment vous l’aviez acquis (achat, succession)

Il est en effet possible d’avoir payé la résidence secondaire vous-même, par le biais d’un achat immobilier, le plus souvent financé par un prêt immobilier. Mais dans certains cas, c’est un bien obtenu par succession, ce qui peut par ailleurs donner lieu à des plus-values moins importantes.

La plus-value immobilière : la question des impôts

La plus-value immobilière a donc ses avantages en soi : il s’agit de créer de la valeur pour soi en revendant un bien plus cher qu’on ne l’avait acheté. Néanmoins, la question des impôts en lien avec cette revente peut soit augmenter, soit diminuer ce que vous en tirez. Comment faire pour optimiser votre plus-value immobilière ?

La règle générale est la suivante : si vous êtes propriétaire du bien depuis moins de 6 ans, vous pouvez être sujet à des taxes d’environ 36,2% sur votre plus-value. Les taxes en question correspondent à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux.

Si vous y avez vécu pendant plus de 6 ans, ces taxes seront moins lourdes (on parle d’abattement). D’après Papernest, si cela fait plus de 30 ans que vous y vivez, alors il n’y aura pas de taxes à payer. En ce qui concerne l’impôt sur le revenu (une partie seulement des taxes), c’est à partir de 22 ans de possession du bien que vous ne payez plus cet impôt : on dit alors que l’abattement est de 100%.

À savoir aussi : il est possible de ne pas avoir à payer d’impôt sur la plus-value d’une résidence secondaire, quelles qu’en soient les caractéristiques. Pour cela, il faut que votre résidence principale ne vous appartienne pas – que vous en soyez locataire, par exemple.

D’autres exemptions peuvent être de mise, notamment si le prix de revente ne dépasse pas 15 000 euros, ou si le bien que vous vendez est votre résidence principale.

Comment optimiser la plus-value de votre résidence secondaire ?

Il est possible également d’optimiser la plus-value d’une vente de bien immobilier en augmentant la valeur du bien lui-même. Pour cela, vous pouvez notamment réaliser des travaux de rénovation dessus.

Non seulement des travaux de rénovation rendront votre bien plus attractif et donc plus facile à vendre, mais il peut en augmenter le prix de vente, et donc la plus-value. Nous ne parlons pas uniquement de rénovations esthétiques, mais notamment énergétiques ou thermiques.

En effet, les rénovations concernant par exemple l’isolation extérieur et/ou intérieur de votre logement en feront non seulement un lieu plus agréable à habiter, mais aussi un bâtiment plus économe en énergie. Comme l’indiquent les experts de Papernest, c’est un argument de vente puissant : le logement est plus confortable, et permet de faire des économies sur les factures d’énergie.

De plus, le gouvernement subventionne actuellement de nombreux travaux de rénovation énergétique : plus d’informations sur cette page.

Enfin, si la revente ne vous convient finalement pas, cela n’exclut pas par exemple un investissement locatif ; voire un système de location saisonnière. Cela peut notamment vous convenir si vous êtes réticent à vendre une résidence secondaire à laquelle vous êtes attaché.