10 règles pour l’extension de votre maison

10 règles pour l’extension de votre maison
Noter cet article ?

10 règles pour l'extension de votre maison

L’extension de maison est un projet très prisé de nombreux particuliers. En effet, un ajout de quelques mètres carrés peut parfois faire toute la différence et accorder ce surplus d’espace dont on avait besoin. Que ce soit pour accommoder un nouveau membre dans la famille, pour disposer d’une salle de loisir ou tout simplement pour construire un bureau ou un atelier communiquant directement avec la maison, l’extension est la solution idéale. Pourtant mener à bien un projet d’extension n’est pas une affaire anodine, il faut bien comprendre la réglementation, dresser un cahier des charges très spécifique et pouvoir diriger les travaux, sans pour autant être un professionnel. Pour vous mettre le pied à l’étrier, nous vous proposons les 10 règles d’extension de maison indispensables.

1. Consulter le PLU : Une obligation

En tout premier lieu, il est indispensable et obligatoire de déterminer si vous avez le droit de construire une extension. D’autre part, quand bien même vous avez le droit de vous étendre, vous ne pouvez très certainement pas le faire n’importe comment.

Il existe en effet des règles d’extension de maison très précise au niveau local. Pour entrer en possession de ces règles c’est très simple : il suffit de consulter le Plan Local d’Urbanisme. Ce panel de règlements est généralement émis par les mairies ou à la rigueur par les départements. Votre hôtel de ville pourra très facilement vous procurer une copie du PLU, le souvent gratuitement.

Consulter le PLU : Une obligation

Ces règles préciseront la nature du bâtiment autorisée, le style architectural et bien d’autres conditions auxquelles personne ne peut se soumettre.

Nous vous invitons à consulter ce document avant même d’imaginer mentalement votre extension.

2. Le POS, un élément désuet ?

Le Plan d’Occupation des Sols a été intégré au PLU il y a quelques années. Avant cela le POS devait également être respecté à la lettre.

On pourrait croire que ces documents sont associés au PLU, mais ce n’est pas le encore le cas partout, car certaines mairies ont obtenu une dérogation de longue durée et fonctionnent toujours avec le binôme POS/PLU.

Vous êtes peut-être dans ce cas, aussi il est impératif de bien demander en mairie s’il existe un POS en activité ou si tout a été intégré au PLU.

3. Dimensionner son extension justement

Saviez-vous que peu importe le PLU ou le POS qui régie votre parcelle, vous tombez également sous le coup d’une réglementation concernant la taille de votre extension.

Pour des raisons d’efficacité énergétique, on ne peut pas impunément agrandir son logement. Les règles d’extension de maison imposent donc une taille d’extension limitée à 30% de la surface totale du bâtiment avant les travaux, ou un seuil maximal de 150m².

Dimensionner son extension justement

Vous pouvez agrandir jusqu’à une surface supérieure, mais dans ce cas, vous tomberez sous le coup d’une taxe qui vous fera certainement reconsidérer votre projet.

Sachez donc être stratégique et adoptez des astuces pour maximiser l’utilisation de l’espace.

Si besoin, nous pouvons vous mettre en relation avec plusieurs professionnels proche de chez vous. Ils prendront contact avec vous pour établir des devis personnalisés :
Obtenir jusqu'à 5 devis
pour comparer sans engagement

4. Dans quels cas une déclaration de travaux est-elle suffisante ?

Toutes les extensions n’imposent pas de dépôt d’un permis de construire. Si votre extension est d’une surface inférieure à 20m², ce qui correspondra par exemple à une maison de 65m² avant extension et de 85m² après extension, pas de permis de construire imposé.

Dans certaines communes la surface peut être portée jusqu’à 40m² depuis la loi Sarkozy.

Vous devrez cependant effectuer une déclaration de travaux en mairie. Vous obtiendrez une réponse sous un délai constaté d’environ 1 mois.

Dans tous les cas, il faudra déclarer votre nouvelle surface habitable aux services fiscaux dans un délai de 90 jours après date d’achèvement des travaux.

5. Le permis de construire pour les projets ambitieux

Les règles d’extension de maison imposent le dépôt d’un permis de construire pour tout agrandissement supérieur à 20m², ou à 40m² dans certaines villes.

Le permis de construire pour les projets ambitieux

Les démarches pour obtenir un permis de construire ont été largement assouplies depuis 2012. Vous pouvez en général obtenir une réponse de la mairie environ deux mois après votre demande. Il faudra ensuite afficher le permis de construire et respecter ses contraintes.

6. La règle extension de maison indispensable : RT 2012

Votre agrandissement est une construction neuve, aussi, il tombe sous le coup de la norme RT 2012 qui détermine de nombreuses règles d’extension de maison.

Cette norme détermine de très nombreux aspects du bâtiment, notamment en matière d’énergie et d’isolation. Vous devrez donc vous y conformer et suivre scrupuleusement ses indications.

Si votre système de chauffage n’est pas adapté à la nouvelle surface, il faudra également effectuer des modifications qui seront judicieusement calquées sur les indications de la norme RT 2012.

7. Le recours à un architecte : L’option judicieuse

Depuis très peu le recours à un architecte est obligatoire pour les constructions dont la surface de plancher totale est d’au moins 150m². Si votre extension porte la surface de plancher à ce chiffre, vous êtes tenu d’engager un architecte.

Le recours à un architecte : L’option judicieuse

Sous cette surface l’architecte n’est pas obligatoire, mais vivement conseillé. Ce dernier pourra en effet vous proposer des plans esthétiques très pertinents et des qualités techniques très efficaces sur le long terme. Une option qu’il faut très certainement envisager.

8. Mettre les contraintes en perspective

Votre projet d’extension de maison sera très largement déterminé par les contraintes des lieux, de l’implantation, des règles d’extension de maison, du voisinage et d’autres paramètres.

Ne prenez pas ces contraintes comme des boulets que vous devez traîner. Sachez utiliser ces contraintes comme des gardes fous et des forces qui donneront à votre projet une direction inattendue et au final une esthétique atypique.

Savoir rester flexible est sans doute une règle indispensable dans ce domaine, car le projet initial est très rarement atteignable et des changements plus ou moins grands interviennent forcément au cours des travaux.

9. Privilégier l’apport de lumière

Ajouter une ou plusieurs pièces à un bâtiment déjà ancien revient le plus souvent à condamner des ouvertures et donc à réduire dans certaines zones l’apport de lumière.

On conseille donc toujours de privilégier l’apport de lumière lors de la préparation de votre extension de maison.

Privilégier l’apport de lumière

Pour y parvenir, vous disposez de plusieurs solutions : grandes ouvertures, fenêtres de toit, puits de lumières et bien d’autres. Essayez de vous projeter dans le futur et d’imaginer comment se propagera la lumière tant dans l’ancienne zone que dans la nouvelle. N’hésitez pas à utiliser des logiciels simples de modélisation 3D, il en existe de nombreux gratuits sur internet.

10. Ne pas craindre le mélange des styles

Si le PLU vous le permet, vous pouvez faire preuve d’audace dans votre extension de maison. La nouvelle construction peut offrir une esthétique radicalement différente du bâtiment principal et ainsi apporter un contraste qui saura ravir l’œil.

Vous pouvez ainsi mélanger les matériaux, proposer une couleur différente, jouer avec des hauteurs différentes et trancher avec la monotonie du voisinage. Effet garanti.

Laisser un commentaire