Isoler un plancher bois : Comment éviter le casse-tête

Publié le
4/5 - 3 votes

Isoler un plancher bois : Comment éviter le casse-tête

Emménager dans une ancienne maison aux planchers bois si pittoresques, un plaisir non ? À terme, oui, surtout si votre rénovation a été également portée sur l’isolation. Il faut en effet penser à l’isolation des planchers bois de ces vieilles demeures. Bien souvent cet aspect technique a été négligé ou oublié lors de la remise en état et au bout du compte on se retrouve avec un confort de chauffe peu élevé et avec des factures, elles, très élevées. Heureusement il existe quelques astuces simples pour prévoir la remise en état de l’isolation des planchers bois en même temps que la rénovation totale. Nous vous proposons quelques exemples tirés de situations fréquemment constatées.

Pourquoi isoler un plancher bois ?

En premier lieu, il faut comprendre le but du projet et ses enjeux sur le long terme.

Pour les planchers en bois bas, c’est-à-dire ceux du rez-de-chaussée, l’isolation est capitale, car elle sera le seul rempart du sol contre le froid. Cette isolation doit donc jouer un rôle au niveau du confort, mais également au niveau de la facture de chauffage.

Pourquoi isoler un plancher bois ?

Pour les planchers hauts (ceux séparant l’étage du rez-de-chaussée), l’isolation est plutôt tournée vers le phonique. Les planchers et le parquet (bois ou stratifié) ont tous tendance à résonner et à être très bruyants, surtout si vous portez des talons. On doit donc apporter un renfort technique au niveau de cette isolation.

L’isolation des planchers hauts peut également impliquer une certaine capacité thermique, car dans certaines situations, la chaleur peut fuir vers le rez-de-chaussée . Si l’étage est mal isolé, la qualité de chauffe en sera d’autant plus compromise.

Isoler un plancher en rénovation

Dans l’idéal on saisi l’opportunité d’une rénovation profonde pour réaliser l’isolation de ses planchers bois. Il faut en effet souvent déposer beaucoup d’éléments pour installer l’isolation.

Sachez que selon votre situation vous allez être chanceux ou pas du tout. Il est en effet particulièrement aisé d’isoler un plancher si on a accès à son dessous, alors qu’il est très délicat d’isoler un plancher par le dessus. Il existe cependant des techniques pour vous aider dans vos travaux.

Isoler un plancher bois par dessous

Le plus simple pour isoler un plancher ou un parquet est de placer l’isolant en dessous.

Cette technique de pose implique évidemment la présence d’une cave ou d’un vide sanitaire qui donnerait accès à la face intérieure du plancher.

Dans ce cas-là, on peut utiliser de très nombreux isolants : polystyrène extrudé, laine minérale, isolants biosourcés, polyuréthane et d’autres.

Très souvent, en cas de cave, les particuliers décident d’installer un faux plafond après pose de l’isolant. De cette manière la pièce reste tout à fait praticable et propre.

Sachez que si votre vide sanitaire est bas, les travaux seront fatigants et relativement fastidieux. On recommande en plus l’utilisation de masques de protection et d’outils adaptés, car sous une faible hauteur les poussières sont agressives et toute manœuvre est compliquée.

Si besoin, nous pouvons vous mettre en relation avec plusieurs professionnels proche de chez vous. Ils prendront contact avec vous pour établir des devis personnalisés :
Obtenir jusqu'à 5 devis
pour comparer sans engagement

Isoler un plancher bois par dessus

Si votre plancher est posé sur dalle béton, les choses sont plus complexes.

Si vous avez tout de même un peu de chance, le parquet sera démontable, c’est le cas de presque tous les parquets, mais de presque aucun plancher.

Une fois démonté, ce parquet laissera apparaître les solives et lambourdes sur lesquelles il est placé. Vous pourrez disperser l’isolant de votre choix entre ces pièces de bois et ensuite remonter le parquet sans oublier le film pare-vapeur.

Isoler un plancher en rénovation

Si le plancher n’est pas démontable, il faudra créer un sur-plancher. Vous aurez là de nombreux choix à effectuer, comme la nature du nouveau sol, le type d’isolant (le polystyrène extrudé est recommandé) et la manière de répercuter la nouvelle hauteur dans le reste de la maison. C’est d’ailleurs l’aspect le plus complexe de ce type d’isolation, car il faut rehausser les seuils de portes, les détalonner et trouver des solutions pour les éventuels escaliers.

Si vous avez d’autres opportunités, le sur-plancher devrait impérativement rester votre solution de dernier recours.

L’isolation phonique du parquet : Impérative

Le parquet est un matériau bruyant, les impacts sont très facilement amplifiés, tant par du parquet bois que par du parquet stratifié.

On conseille donc généralement d’installer une couche de mousse isolante sous les parquets stratifié et flottant, de manière à absorber les impacts, tant pour vous que pour les éventuels voisins.

L’isolation phonique du parquet : Impérative

Pour les planchers collés, vous devriez utiliser un autre isolant phonique, la mousse de polyéthylène réticulée. Cette dernière, grâce à sa structure alvéolaire, est exactement adaptée à l’isolation acoustique du parquet collé.

Laisser un commentaire