Comparatif des isolants phoniques : Focus sur le silence

Publié le
3/5 - 4 votes

Comparatif des isolants phoniques : Focus sur le silence

Les nuisances sonores sont l’un des fléaux de notre société moderne : avions, trains, circulation, ambulances et voisinage peu attentionné, autant de problèmes qui peuvent ruiner le calme d’un logement. Le bâtiment a longtemps rechigné à prendre des mesures sérieuses pour encadrer l’isolation phonique. Il existe désormais un marché considérable pour mettre à portée du public des matériaux offrant des performances acoustiques acceptables. Pour vous aider à vous y retrouver dans cet ensemble très novateur, voici notre comparatif des isolants phoniques.

Tableau comparatif des isolants phoniques

Isolant phoniquePerformances acoustiquesNotre avis
AérogelExcellenteL'isolant du futur, pour l'instant bien trop onéreux.
Mousse résolique (phénolique)ExcellenteUn isolant futuriste avec un prix en baisse.
LiègeExcellenteL'isolant phonique par excellence.
Ouate de celluloseTrès bonnesUn isolant recyclé au prix très abordable.
Fibres de bois ou de cocoTrès bonnesDes isolants équivalents à prendre en compte en construction verte.
VermiculiteBonnesBonnes performances, fabrication potentiellement nocive.
FermacellBonnesLe challenger du placo, un produit avec le
quel compter.
Laines minéralesMoyennesL'isolant standard, en voie de déclin.

Bien comprendre notre comparatif des isolants phoniques

Qu’est-ce qu’une nuisance sonore ?

L’isolation phonique est un domaine moins connu que celui de l’isolation thermique, aussi il est bon de préciser quels sont les éléments qui le caractérisent.

L’isolation phonique, ou acoustique a pour but d’éviter la propagation des bruits de l’extérieur vers l’intérieur, ou d’une pièce à une autre.

On distingue généralement 3 sortes de bruits :

  • Les bruits aériens qui se propagent par l’air.
  • Les bruits d’impacts qui se propagent par la structure du bâtiment.
  • Les bruits d’équipements (chaudière, ventilateur, etc.), qui sont relativement hybrides.

Pour arrêter, ou réduire la propagation de ces bruits, on fait appel à la loi de masse (bruits aériens) et à la loi de masse-ressort-masse (bruits d’impact).

  • La loi de masse précise que plus un matériau est lourd, plus il freine les ondes sonores. Par exemple, doubler l’épaisseur d’une paroi atténue les bruits de 5dB à 6dB.
  • La loi de masse-ressort-masse rajoute le concept de ressort, un matériau souple, permettant de piéger les vibrations des ondes sonores. Avec ce système, on gagne de 6dB à 8dB.

Bien comprendre notre comparatif des isolants phoniques

Quelle réglementation pour l’isolation phonique ?

Depuis 1996, la NRA (Nouvelle Réglementation Acoustique) impose une certaine atténuation sonore aux bâtiments.

Cette réglementation spécifie que les façades doivent proposer 30dB (47dB en zones aéroportuaires) d’atténuation, tandis que la transmission des bruits d’impact est limitée à 65dB.

En fin de construction, le maître d’œuvre doit fournir une attention d’isolation phonique. Si cette réglementation peut paraître légère, il y a fort à parier qu’elle va être beaucoup plus restrictive dans les années à venir.

Les matériaux biosourcés : Place de choix dans le comparatif des isolants phoniques

L’utilisation de matériaux naturels et respectueux de la nature est devenue une priorité, c’est une chance car dans le domaine de l’isolation phonique, les matériaux naturels sont performants.

Contrairement à l’isolation 100% thermique où les matériaux synthétiques sont massivement utilisés en raison de leur rapport performances/prix, le comparatif des isolants phoniques fait la part belle aux isolants verts.

Le liège : L’isolant phonique intemporel

Le liège est utilisé depuis très longtemps pour isoler les salles de spectacles. Ce matériau est l’isolant phonique par excellence, il permet de faire barrière aux bruits d’impacts et aux bruits aériens.

Ce produit est élaboré à partir de liège déchiqueté, chauffé, aggloméré et ignifugé.

Le liège est un excellent isolant phonique, un très bon isolant thermique et assure une régulation de l’humidité impeccable, de plus il est imputrescible.

Si besoin, nous pouvons vous mettre en relation avec plusieurs professionnels proche de chez vous. Ils prendront contact avec vous pour établir des devis personnalisés :
Obtenir jusqu'à 5 devis
pour comparer sans engagement

Le compromis idéal entre isolation thermique et phonique : La ouate de cellulose

La ouate de cellulose a de plus en plus la cote. Cet isolant est en effet non seulement naturel, mais également recyclable. Il s’agit tout simplement de papier journal recyclé, déchiqueté et additionné d’un produit ignifuge.

Ces qualités en font un isolant phonique et thermique de tout premier plan. De plus, son prix est désormais très proche de celui de la laine minérale.

Le seul inconvénient de la ouate de cellulose est sa sensibilité à l’humidité qui implique de prendre certaines précautions lors de la construction.

Les matériaux biosourcés : Place de choix dans le comparatif des isolants phoniques

Pour une isolation 100% naturelle : Fibres de bois ou de coco

Les fibres de bois et de coco offrent des performances très proches, qui leur permettent de bien se classer dans notre comparatif des isolants phoniques.

Ces isolants comme tous les isolants biosourcés, peuvent se décliner en panneaux ou en vrac, selon les besoins du chantier.

Si les fibres de bois et de coco trouvent leur place dans le marché actuel, elles pâtissent des mêmes problèmes que la ouate de cellulose, elles sont très sensibles à l’humidité et impliquent une construction prenant en compte cette faiblesse.

Les isolants du futur : L’isolation phonique au cœur du progrès

En tête du notre comparatif des isolants phoniques, se trouvent deux matériaux très qualitatifs, très modernes et très onéreux. Ils ne sont pour l’instant pas à la portée de toutes les bourses, mais ils représentent la meilleure isolation phonique du marché.

Le meilleur isolant toutes catégories : L’aérogel

L’aérogel est sans doute le meilleur isolant phonique et thermique que l’on puisse fabriquer à l’heure actuelle.

Ce matériau translucide semble tout droit venu du futur, pourtant il a été inventé en 1931 et on le produit sans problème actuellement.

L’aérogel ressemble à un nuage solide et ne pèse presque rien, puisqu’il contient jusqu’à 99,8% d’air. C’est cette très haute teneur en air qui le rend particulièrement isolant.

Pour l’instant les prix dépassent 1 000€/m², aussi on le mentionne en exemple à suivre pour les 20 prochaines années.

La mousse résolique : Un matériau plus abordable

La mousse résolique, ou phénolique est une mousse obtenue par la réaction entre une base phénol et du formaldéhyde. Le résultat de cette réaction chimique est une mousse rougeâtre, à pores fermés, très dense et offrant des performances d’isolation très élevées.

Il s’agit de l’un des meilleurs isolants thermiques commercialisés à l’heure actuelle, bien meilleur que le polystyrène et légèrement supérieur au polyuréthane.

Cette mousse est l’un des meilleurs éléments de notre comparatif des isolants phonique, surclassé uniquement par l’aérogel.

Le prix de la mousse résolique est pour l’instant plus élevé que celui du polyuréthane, mais sa popularité grandissante fera très certainement baisser les prix dans un futur très proche.

Les isolants du futur : L’isolation phonique au cœur du progrès

Les isolants synthétiques : Une atténuation relative

Les isolants thermiques les plus courants actuellement offrent des performances acoustiques moyennes, aussi ils ne parviennent pas à bien figurer dans notre comparatif des isolants phoniques.

La vermiculite : Un isolant controversé

La vermiculite est un minéral dont les propriétés isolantes sont remarquables. En travaillant ce matériau, on produit des granulés de taille moyenne qui peuvent être soufflés ou ratissés sur l’endroit à isoler.

Si la vermiculite est un très bon isolant, nous ne pouvons pas bien la placer dans notre comparatif des isolants phoniques, en raison des problèmes liés à sa fabrication.

Ce matériau, parfaitement inoffensif après transformation, pose des problèmes sanitaires lors de sa fabrication en raison d’une présence ponctuelle d’amiante dans le minerai. Des études plus poussées sont actuellement en cours afin de déterminer le degré de dangerosité du procédé de production.

Concurrencer le placo : La mission du Fermacell

Le Fermacell est un nouveau matériau que ses inventeurs placent comme futur remplaçant du placo. Il assure en effet exactement le même rôle que le placo, mais offre des performances plus élevées, tout en faisant appel à un pourcentage important de matériaux recyclés.

Pour ce qui nous intéresse ici, sachez que le Fermacell offre une isolation phonique et thermique bien plus élevée que celle du placo.

Le prix du Fermacell est en revanche plus élevé que celui du placo et fera gonfler un devis construction sensiblement.

Les laines minérales : Quelles performances ?

Enfin, sachez que les laines minérales sont des isolants acoustiques moyens. Il faut en effet en, accumuler une grande épaisseur pour atteindre les performances des stars de notre comparatif des isolants phoniques.

On ne note pas de différence d’importance entre la laine de roche et la laine de verre au niveau acoustique. Si votre budget vous le permet, envisagez de remplacer ces laines pour de la ouate de cellulose, l’amélioration sera nettement perceptible.

Laisser un commentaire