Isolation d’un toit plat : Techniques et matériaux

Publié le
Noter cet article ?

Isolation d'un toit plat : Techniques et matériaux

Que ce soit en élément esthétique pour une construction neuve, ou en élément pratique pour une extension de maison ou une rénovation, le toit plat est de plus en plus populaire. Si ce type de toiture est esthétique et désormais efficace face aux intempéries, il doit recevoir une attention toute particulière au niveau de son isolation et son étanchéité. Il existe plusieurs méthodes et plusieurs matériaux qui peuvent répondre aux contraintes techniques des toits plats. Nous vous proposons des informations utiles pour mieux comprendre les possibilités d’isolation d’un toit plat.

Le toit plat : Un élément à la mode

On estime actuellement que le toit plat représente de 12% à 15% du marché des toitures. Ce n’est toujours pas une majorité, mais le chiffre augmente sans cesse chaque année. La raison de cette popularité est simple : les techniques sont meilleures et les problèmes liés à la platitude de la toiture se réduisent largement.

On peut donc désormais disposer d’un toit plat efficace et durable sur le long terme. Si vous faites réaliser une extension de maison, par exemple, il y a de très fortes chances pour que le toit plat soit au cœur du design du nouveau bâtiment.

Le toit plat : Un élément à la mode

Dans la mesure où plus de 30% des pertes de chaleur d’une maison proviennent de la toiture, il faut donner à l’isolation du toit plat une importance toute particulière.

Quels sont les méthodes d’isolation d’un toit plat ?

L’isolation d’un toit plat doit faire face à deux contraintes majeures. La première est évidemment la contrainte de l’isolation thermique et la seconde est la contrainte de l’étanchéité. On doit en effet souvent imposer à l’isolation d’un toit plat la mission d’assurer l’étanchéité de la structure.

Pour associer les deux éléments, on peut avoir recours à plusieurs techniques qui sont elles-mêmes liées à plusieurs matériaux.

La toiture chaude : L’isolation par l’extérieur du toit

L’isolation d’un toit plat la plus fréquente et la plus recommandée est la technique de la toiture chaude. Il s’agit en quelque sorte de reprendre le concept de l’isolation par l’extérieur des façades et de l’appliquer à la toiture.

On placera donc une membrane d’étanchéité sur le support de la toiture en premier lieu. On posera ensuite une couche d’isolant, de l’épaisseur adéquate, puis on recouvrira le tout d’une seconde membrane d’étanchéité.

L’isolant est ainsi maintenu sur la toiture et n’offre aucune prise aux éléments. Les coûts sont relativement bien maîtrisés et la durabilité optimale.

La toiture combinée, un système parfois nécessaire

Dans certains, le professionnel en charge de l’isolation du toit plat peut choisir une méthode plus exotique, comme celle de la toiture combinée.

Cette technique propose de poser une membrane d’étanchéité, une couche d’isolant, une autre membrane, puis une dernière couche d’isolant.

Le tout doit recevoir une couche de lestage, car sinon la dernière couche d’isolant pourrait faire prise au vent et s’envoler.

Cette technique est utilisée pour protéger la première membrane des agressions des éléments, notamment le soleil et le gel. Elle reste cependant très minoritaire.

Quels sont les méthodes d’isolation d’un toit plat

Un système ancien pour la rénovation : La toiture inversée

La toiture inversée est une technique également utilisée pour diminuer les coûts tout en protégeant efficacement la membrane d’étanchéité.

Il s’agit tout simplement de poser une membrane d’étanchéité, une couche d’isolant, puis une couche de lestage.

Les toits plats ayant du gravier sur leur surface possèdent généralement ce type d’isolation.

Si le budget vous le permet, il est préférable de privilégier la technique de toiture chaude à tout autre système.

Si besoin, nous pouvons vous mettre en relation avec plusieurs professionnels proche de chez vous. Ils prendront contact avec vous pour établir des devis personnalisés :

Quel isolant privilégier pour l’isolation de son toit plat ?

Toutes ces techniques ne sont rien sans l’utilisation d’un isolant efficace et adapté aux cahiers des charges. Comme pour tout élément d’une construction, on trouve différents types d’isolants, qui présentent des variations de performances et bien entendu de prix.

Il vous appartient de faire le rapport entre votre budget et les performances de l’isolant pour faire votre choix.

Prenez la décision méticuleusement, car changer l’isolation d’un toit plat n’est pas un projet à renouveler fréquemment.

Le plus courant : le polystyrène

Le polystyrène, extrudé, expansé ou autre est un isolant formidable. On le trouve très fréquemment pour l’isolation par l’extérieur en raison de ses performances techniques.

Le polystyrène se trouve sous forme de panneaux rectangulaires qu’il convient de fixer ou de poser sur le toit plat.

Certains types de polystyrènes peuvent supporter le piétinement et/ou le recouvrement par un matériau différent.

Les performances sont excellentes et le prix très abordable.

Quel isolant privilégier pour l’isolation de son toit plat

Les laines minérales, plus économique

Les laines minérales, imputrescibles, sont souvent utilisées pour l’isolation des toits plats. Elles sont très performantes et présentent un coût très bas.

Si le toit plat est destiné à recevoir une terrasse, on devra installer la laine minérale d’une façon bien précise, car sa structure ne permet pas le piétinement.

Le polyuréthane : Le plus performant

La mousse de polyuréthane est actuellement l’isolant grand public le plus performant, mais également le plus onéreux.

On utilise cette mousse exactement comme un polystyrène, car elle est relativement compacte et donc dure.

Il est généralement recommandé d’utiliser la mousse polyuréthane compacte si l’épaisseur d’isolant est limitée ou si le climat est vraiment très froid.

Pensez cependant à bien établir votre budget, car cet isolant pour toit plat est très onéreux.

Laisser un commentaire