Quel système d’éclairage pour votre cuisine ?

Publié le
Noter cet article ?

Quel système d'éclairage pour votre cuisine

La création d’une cuisine, la préparation des plans et les petites touches de détails sont des étapes particulièrement stressantes, car les erreurs doivent être évitées le plus possible. Parmi ces terrains minés se trouve celui de l’éclairage, qui doit à tout prix faire l’objet d’une attention particulière. N’ayez crainte, nous vous proposons ici quelques conseils pour éviter les écueils.

A quoi faut-il penser lorsqu’on planifie l’éclairage d’une cuisine ?

Planifier l’éclairage de sa cuisine de la bonne manière pour ne pas s’abîmer les yeux au fil des années est une étape importante. On peut réussir de manière exemplaire en suivant les bons conseils et surtout en laissant parler le bon sens et se montrant raisonnable.

On mettra généralement 3 points principaux en avant, car ils s’adaptent généralement à toutes les cuisines et à tous les utilisateurs.

Prévoir l’efficacité

En tout premier lieu, l’éclairage de votre cuisine doit être efficace. On devra donc tout mettre en œuvre pour ne pas lutter contre la lumière. Cette dernière est un outil qui doit vous aider dans vos préparations et surtout doit présenter le moins de complications possible.

On s’efforcera donc de disposer d’un éclairage pratique en tout premier lieu, on considérera l’esthétique en second lieu.

A quoi faut-il penser lorsqu’on planifie l’éclairage d’une cuisine

Déterminer les bons réseaux électriques

En planifiant votre cuisine, vous découvrirez tôt ou tard qu’on n’installe pas ses éclairages n’importe où et n’importe comment.

Vous devrez donc accorder votre éclairage aux points électriques présents dans votre cuisine. Le cas échéant, il faudra retoucher le réseau électrique au moment de la pose de la nouvelle cuisine, de manière à disposer des bons circuits.

On pensera également finement aux interrupteurs, à leurs emplacements et leur facilité d’utilisation.

Ne pas négliger la lumière d’ambiance

En dernier lieu, il faudra penser à l’éclairage d’ambiance. En effet, l’éclairage puissant et direct destiné à la préparation culinaire ne convient pas aux repas décontractés. Personne n’aime manger sur le feu direct d’un projecteur.

Vous devriez donc penser à intégrer au moins un point lumière d’ambiance indépendant. Ce dernier pourra être par exemple situé au-dessus de la zone repas, de l’îlot de cuisine, ou du plan bar.

Quels sont les différents éclairages disponibles ?

Chaque spécialisation de l’éclairage fait appel à des luminaires différents. On n’utilise par exemple pas une suspension d’ambiance pour un éclairage direct.

Une fois les emplacements déterminés vous devrez donc choisir les luminaires et les sélectionner en fonction de leurs domaines de prédilection.

L’éclairage général : bon à tout faire

L’éclairage général est tout simplement un éclairage général et indirect de la cuisine, servant à sortir la pièce de la pénombre. Il sera certainement suffisant pour cuisiner en pleine journée, mais demandera un renfort pour la préparation une fois la nuit tombée.

Ces luminaires peuvent être de plusieurs types : suspensions, rampes de spots, appliques, ou peu esthétique mais terriblement efficaces : les tubes néon.

Quels sont les différents éclairages disponibles

L’éclairage direct, la bonne lumière pour travailler

L’éclairage direct doit vous fournir une lumière fonctionnelle. Ce sera souvent un éclairage dissimulé sous des meubles hauts et mettant en lumière sans “trou” le plan de travail.

Fut un temps, on utilisait les spots halogènes à cet effet, mais de nos jours, les réglettes LED sont très chaudement recommandées. Ces dernières sont en effet très peu énergivores, offrent une large variété de couleurs et surtout demeurent totalement froides même après des heures d’activité.

Un éclairage d’ambiance pour réchauffer l’atmosphère

Enfin, on prendra toujours soin d’installer un luminaire moins puissant, plus esthétique et situé un peu en retrait.

Cette lumière servira de lumière d’appoint, de faible intensité, pour les repas relaxés en toute intimité.

Pour ce luminaire vous pouvez laisser parler votre cœur et privilégier la sensation à l’efficacité pure.

Si besoin, nous pouvons vous mettre en relation avec plusieurs professionnels proche de chez vous. Ils prendront contact avec vous pour établir des devis personnalisés :
Obtenir jusqu'à 5 devis
pour comparer sans engagement

Quels pièges éviter avec l’éclairage d’une cuisine ?

Les particuliers qui préparent les plans de leur cuisine eux-mêmes commettent très souvent des erreurs classiques, qui sont pourtant très faciles à éviter… une fois qu’on les connaît.

Nous vous facilitons un peu la tâche en vous soumettant les 4 erreurs les plus fréquemment rencontrées des particuliers.

Trop éclairer

Lorsqu’on désire faire bien, on fait parfois un peu trop. C’est sans aucun doute le cas avec la lumière. Un éclairage trop fort dans la cuisine peut avoir un effet particulièrement négatif. Les surfaces d’une cuisine sont souvent réfléchissantes, aussi, une lumière trop forte vous éblouira et réduira à néant les effets de l’éclairage direct.

On conseille 300 lux pour l’éclairage général et 500 lux pour l’éclairage direct, pas plus.

Choisir des luminaires design mais inefficaces

Vous avez craqué sur ce luminaire vendu dans ce magasin design si chic ? Ne vous emballez pas. Sachez privilégier l’efficacité à l’esthétique. Renseignez-vous bien sur les spécifications techniques et sur les capacités de réparation ou de changement d’ampoule du luminaire tant désiré.

Sur le long terme, vous remercierez sans aucun doute votre sens de la logique.

Quels pièges éviter avec l’éclairage d’une cuisine

Choisir la mauvaise température de lumière

Les ampoules peuvent offrir différentes températures, ou plus simplement différentes couleurs d’éclairage. Cette température est exprimée en kelvins, généralement de 1500K à 8000K.

Les éclairages généraux disposeront idéalement de 3000K à 3500K, les éclairages directs d’une température de 4000K à 5500K et enfin les éclairages d’ambiance pourront descendre sous 3000K, pour imiter la lumière des bougies.

Mal implanter les différents luminaires

Enfin, vous devrez bien situer vos luminaires de manière à ne pas vous opposer aux différentes sources de lumière. Pour y parvenir, il faudra savoir vous projeter mentalement dans votre cuisine et vous efforcer de déterminer ce qui pourrait nuire à tel ou tel emplacement.

Ne négligez pas les expériences passées et souvenez-vous de l’éclairage de vos anciennes cuisines ou de celles de vos amis, récupérer ce qui fonctionne est toujours bénéfique.

Le saviez-vous ?

Vous devrez sans doute jouer un peu avec la puissance des ampoules ou tubes après installation. Ce sera vraiment le dernier petit réglage qui permettra à votre éclairage de trouver l’équilibre entre efficacité, confort et esthétique.

Laisser un commentaire