Bien choisir son isolant thermique : Notre comparatif

Publié le
3/5 - 2 votes

Bien choisir : Le comparatif des isolants thermiques

Avec les nouvelles normes thermiques qui pointent le bout de leur nez et la multiplication des isolants, naturels ou synthétiques, le particulier est souvent un peu perdu. Savoir quel isolant privilégier par rapport à sa situation précise est souvent un parcours du combattant. Pourtant, on peut trouver des débuts de réponses en étudiant un comparatif des différents matériaux. À défaut de conduire à un choix définitif, une telle mise en perspective peut aider à savoir ce que l’on ne désire vraiment pas utiliser. On peut ainsi faire le tri plus rapidement et efficacement. Voici notre comparatif des isolants, pour que votre projet démarre du bon pied.

Tableau comparatif des isolants thermiques

Matériau isolantAvantagesInconvénients
Laine de verreClassique.
Prix bas.
Facile d’emploi.
Performances limitées.
Mauvais déphasage.
Laine de rocheBon marché.
Populaire.
Isolation limitée.
Peu écologique.
Ouate de celluloseNaturelle.
Excellent déphasage.
Additif ignifuge.
Tassement potentiel.
Fibre de boisTrès technique.
Naturelle
Sensible à l’humidité.
Souvent associée à du polyuréthane.
Laine de chanvrePerformante.
Écologique.
Additif ignifuge peu écologique.
Difficile à couper.
Mousse polyuréthaneTrès performante.
Faible épaisseur.
Longévité limitée.
Dégagement de gaz toxique en cas de feu.

Rappel sur les normes actuelles : L’indispensable

L’isolation d’une maison, d’un appartement ou même d’une construction professionnelle est encadrée par des normes très précises. Cette norme est actuellement la norme RT2012, la réglementation thermique de l’année 2012.

Elle sera remplacée très prochainement, par la norme RT2020, bien plus restrictive. On conseille donc à ceux qui désirent rénover ou réaliser une isolation actuellement de se rapprocher de la norme RT2020, de manière à disposer d’une protection thermique exemplaire dans les années à venir.

Toutes les normes RT sont basées sur un indice, la résistance thermique, qui est différente selon qu’il s’agisse des combles, des sols ou des murs. Pour rentrer dans les normes, il suffit ainsi de disposer d’une résistance thermique (aussi nommée valeur R) supérieure ou égale aux prescriptions de la norme.

La norme RT2012 précise une valeur R de :

  • 8 pour les combles.
  • 4 pour les murs.
  • 4 pour les sols.

La norme RT2020 à venir stipule une valeur R de :

  • 10 pour les combles.
  • 5 pour les murs.
  • 5 pour les sols.

Nous proposons d’autres informations complémentaires plus précises concernant la norme RT2012 dans cet article.

Comparatifs des isolants : 3 grandes familles

Il existe actuellement 3 grandes catégories d’isolants, toutes découpées en différentes fournitures.

Le type d’isolant le plus populaire est sans aucun doute la laine minérale qui offre le meilleur rapport qualité/prix. On pointe en revanche du doigt le volume d’énergie qu’il faut pour la fabriquer.

On trouve de plus en plus des isolants naturels, aussi nommés isolants bio-sourcés. Ces produits font appel à des matériaux naturels contenant très peu d’additifs chimiques. Ces isolants sont très respectueux de l’environnement et de la qualité de l’air, mais peuvent présenter certaines faiblesses techniques et un prix parfois très élevé.

Enfin, il existe des isolants entièrement synthétiques, généralement issus de l’industrie pétrochimique. S’ils sont peu respectueux de l’environnement, ils offrent l’avantage de leur efficacité technique et de leur prix très raisonnable.

Les normes actuelles n’imposent pas le choix d’un type d’isolant précis. Il suffit d’utiliser l’isolant permettant le respect de la norme et de l’installer en suivant les préconisations des documents techniques connexes.

Comparatifs des isolants : 3 grandes familles

La laine minérale : Gros plan sur la star des isolants

Dans la famille des laines minérales, on trouve le plus fréquemment la laine de verre et la laine de roche.

La laine de verre est l’isolant le plus abordable et le plus utilisé en France actuellement. Cet isolant est issu du verre (souvent recyclé) que l’on fait fondre et que l’on file comme une barbe à papa. Si ses performances sont raisonnables, son déphasage (capacité à faire barrière à la chaleur extérieure durant l’été) reste un problème de taille.

La laine de roche est le concurrent direct de la laine de roche. Le procédé est très similaire à celui de la laine de verre, mais le composant principal est du basalte au lieu d’être du verre. Le prix de la laine de roche est légèrement plus élevé, mais son déphasage est largement meilleur que celui de la laine de verre.

Ces deux isolants sont disponibles en vrac (flocons à épandre) en rouleaux ou en panneaux. Ils peuvent ainsi être installés sur n’importe quelle surface de la maison, tant en intérieur qu’en extérieur.

Épaisseur pour satisfaire à la norme RT2012 : de 16 à 40cm selon le domaine d’isolation.

Si besoin, nous pouvons vous mettre en relation avec plusieurs professionnels proche de chez vous. Ils prendront contact avec vous pour établir des devis personnalisés :

Comparatif des isolants bio-sourcés : Lesquels privilégier ?

Un comparatif des isolants ne serait pas complet sans la catégorie de produits qui n’en finit pas de se populariser : les isolants naturels.

La ouate de cellulose est certainement l’isolant naturel le plus populaire. Il s’agit tout simplement de papier journal broyé et ignifugé. Cet isolant offre des propriétés techniques très élevées, pour un prix très concurrentiel.

La laine de bois et la laine de chanvre sont des laines végétales issues d’éléments recyclés ou non. Ces isolants sont très similaires aux laines minérales, mais offrent des performances plus élevées, tout en polluant beaucoup moins. Il faudra toutefois faire attention à l’humidité, car ces matériaux ne la supportent pas toujours très bien.

On trouve d’autres matériaux écologies et naturels, mais plus marginaux, pour isoler efficacement sa maison comme : la laine de coco, la laine de mouton, le liège, la laine de lin ou encore la perlite.

Ces isolants sont généralement disponibles en vrac, panneaux et rouleaux, pour accommoder de très nombreux types de surfaces.

Épaisseur pour satisfaire à la norme RT2012 : de 12 à 35cm selon les matériaux et le type d’isolation.

Comparatif des isolants bio-sourcés : Lesquels privilégier ?

Les isolants synthétiques, des fournitures très techniques

Dans certains cas, il est obligatoire d’utiliser des isolants très performants, soit en raison d’une exposition aux éléments ou d’un espace de travail très limité. Pour répondre à ces contraintes, on utilise généralement des isolants synthétiques.

Les produits les plus populaires et les plus efficaces sont sans aucun doute la famille des polystyrènes, qui est à utiliser avec parcimonie et le polyuréthane.

Le polyuréthane est l’isolant le plus performant, mais également très polluant, avec 974kWh/m3 d’énergie grise (contre 50kWh/m3 pour la ouate de cellulose). En outre cet isolant “miracle” peut être projeté sur la surface à isoler comme une peinture. Il forme alors une couche de mousse qui durcit en quelques heures et constitue une isolation très durable.

Si votre projet est très atypique ou est situé dans un milieu très agressif, alors ces isolants seront largement recommandés.

Les isolants synthétiques sont généralement vendus en panneaux ou en mousse et sont adaptés à l’isolation par l’extérieur ou par l’intérieur.

Épaisseur pour satisfaire à la norme RT2012 : de 10 à 25cm selon le type d’isolant et son domaine d’application.

Le prix d’un isolant : Critère important, mais pas exclusif

Les particuliers envisagent leur comparatif des isolants très souvent en fonction du prix. Pourtant le prix d’achat ne devrait pas être le seul facteur entrant en jeu dans leur choix.

Un isolant plus onéreux peut par exemple proposer une durée de vie plus longue et tout simplement une meilleure isolation. Les économies seront donc plus importantes sur la consommation d’énergie, avec à la clé une rentabilité bien meilleure. L’idéal est de comparer en premier les isolants en fonction de leur matière première et de leur impact écologique. Si vous préférez un matériau plus écologique, alors vous pouvez écarter les possibilités synthétiques et ensuite vous attarder sur le prix.

Ceux qui ont un budget modeste pourront avantageusement consulter les différentes subventions proposées par les pouvoirs publics. Il leur sera ainsi possible de s’orienter vers un isolant plus qualitatif et naturel pour un prix équivalent.

Le prix d’un isolant : Critère important, mais pas exclusif

Le saviez-vous ?

Calculer l’épaisseur d’isolant nécessaire à votre projet est simple. Il suffit de multiplier la valeur R désirée par la conductivité thermique de l’isolant visé. La conductivité thermique (λ) est disponible sur l’étiquette technique associée à n’importe quel isolant et la valeur R est précisée dans les Réglementations Techniques. On multiplie le résultat par 100 pour passer des mètres aux centimètres.

Par exemple, pour une valeur R de 4, l’épaisseur de laine de verre (λ de 0,035 en moyenne) est de 14cm, soit 4 x 0,035 = 0,014m x 100 = 14cm.

Laisser un commentaire