changer-plan-de-travail-cuisine

Une cuisine dispose généralement d’une durée de vie de 20 ans. Des habitants très soigneux pourront pousser jusqu’à 30 ans tandis qu’une famille avec des enfants en bas âge verra sans doute sa cuisine montrer des signes de faiblesse vers 15 ans. Une rénovation de cuisine s’impose donc à un certain moment. C’est l’occasion de retoucher l’esthétique de la pièce mais également de la rendre plus moderne et fonctionnelle. L’un des travaux qu’il est possible de réaliser avant une rénovation totale est de changer le plan de travail de la cuisine. Cet étape présente un coût médian qui ne sera pas aussi élevé que celui d’une rénovation totale.

Quels matériaux pour un plan de travail de cuisine ?

Le plan de travail c’est l’âme de la cuisine, il en détermine l’esthétique, la fonctionnalité et bien souvent la longévité. C’est pour cela qu’un plan de travail doit offrir robustesse, esthétique et facilité de nettoyage ou d’entretien.

De nombreux matériaux existent et présenteront des avantages et inconvénients proportionnels à leur coût.

Le stratifié: le moins cher

La solution la plus courante lorsqu’il s’agit de changer le plan de travail d’une cuisine est d’avoir recours au stratifié. Il s’agit de fibres de bois agglomérées grâce à un polymère, le tout recouvert d’une couche esthétique plastique.

Le stratifié est peu onéreux et imite le plus souvent d’autres matériaux comme le bois ou la pierre.

Le stratifié: le moins cher

Le bois massif : esthétique mais délicat

Le bois permet de rénover son plan de travail de cuisine de manière plus luxueuse et traditionnelle. Les essences de bois détermineront le prix final qui pourra être très élevé.

Le bois présente l’inconvénient de devoir être traité régulièrement, soit à l’aide d’une huile minérale, soit à l’aide d’un vernis spécial. Sa fragilité peut se montrer être un inconvénient de taille.

La pierre : le must du plan de travail

L’idéal est un plan de travail en pierre, de préférence en granit. Ce matériau est inaltérable, impossible à rayer (sauf au diamant et à l’aluminium), très facile à nettoyer et sans aucun entretien.

Attention de choisir un granit de qualité, idéalement préparé dans une carrière ou marbrerie française, afin de conserver un poli miroir durant des décennies.

La pierre : le must du plan de travail

Le carrelage : une solution vieillotte

A une certaine époque, on réalisait les plans de travail en carrelage. Le matériau est en effet très résistant, facile à nettoyer et résiste très bien à l’eau.

Actuellement les plans de travail en carrelage tendent à disparaître, car ils ne sont pas vraiment esthétiques. Il faudra attendre leur retour en grâce auprès des manitous de la déco intérieure.

Quelles précautions prendre pour changer le plan de travail de sa cuisine ?

Changer le plan de travail d’une cuisine n’est pas sorcier, il faut en revanche bien calculer l’opération et travailler minutieusement.

En effet, les meubles sous le plan de travail en supportent le poids et les contraintes, il faut s’assurer de leur entière intégrité tout au long de l’opération.

Déposer l’ancien plan de travail sans rien casser

La première étape est de démontre l’ancien plan de travail sans rien endommager. Habituellement le plan de travail est soit posé soit fixé par des vis ou des pattes par en dessous. En ôtant les éventuels joints silicone et les vis de fixations, on peut retirer le plan de travail en le faisant jouer doucement.

Déposer l’ancien plan de travail sans rien casser

Vérifier les contraintes du nouveau matériau

Si votre nouveau plan de travail est du même matériau que l’ancien, aucun problème car les contraintes seront les mêmes. En revanche, passer du bois au granit implique un changement de charge très important.

Vous devrez donc vous assurer que vos meubles et leurs pieds peuvent supporter le poids très important du granit.

Poser, fixer et finir

Poser, fixer et finir

Une fois le plan de travail installé, il suffit de le fixer à l’aide des éléments prévus : vis, pattes, équerres ou autres.

Il ne reste plus qu’à réaliser les joints silicone entre le plan de travail et la crédence de manière à stopper les infiltrations d’eau et/ou de graisse.

En cas de plan de travail en bois, il faudra peut-être passer une couche d’huile, voire deux pour bien préparer le plan de travail.